Comment accompagner son enfant à adopter une méthode de travail efficace ?

Le passage de l’école primaire au collège est un moment important. Au-delà des connaissances, chaque adolescent va, à son rythme, construire et développer une organisation, de plus en plus, personnelle qui lui permettra d’appréhender avec moins de craintes les épreuves du brevet et l’entrée au lycée.

Dans quel intérêt ? Lui faire assimiler des règles qui lui serviront de cadres dans lesquels il pourra jouir de l’autonomie dont il a besoin et qu’il recherche. Ainsi, trouver une méthode de travail qui convienne à l’élève contribuera au développement de sa confiance en soi et à sa réussite scolaire. Et c’est principalement en dehors du temps scolaire que tout cela va se jouer…

Comment s’organiser pour réussir ?

Clarifier les choses pour maîtriser son environnement scolaire.

Une méthode de travail efficace se base beaucoup sur des outils faciles à comprendre. Dès la rentrée scolaire, il est demandé d’être en mesure de prendre en considération les différentes matières (français, mathématiques, langues vivantes, histoire-géographie, sciences physiques, SVT, etc.), de distinguer les différents professeurs et les cours. Il devient alors important pour les élèves d’intégrer rapidement de nouvelles manières de travailler et de ne pas se laisser déborder par les nombreuses informations.

Assurez-vous que le collégien sache convenablement organiser ses cahiers, classer ses cours et les présenter. Encouragez-le à employer un code couleur et à faire ressortir les mots importants pendant la prise de notes en classe.

Mieux vaut anticiper que devoir se précipiter.

Le buffet

La principale difficulté à laquelle est confronté l’élève en quittant l’école primaire est d’anticiper les devoirs et les épreuves dans les différentes matières (contrôles, brevet) et de gérer son temps d’étude en conséquence. Un exercice d’une grande complexité, qui demande toute l’attention de l’équipe pédagogique et des parents pendant l’année scolaire.

Pour accompagner vos enfants à planifier leurs devoirs hebdomadaires, vous pouvez leur proposer un emploi du temps à remplir et à adapter à leurs besoins. Un découpage clair et visuel des activités est parfois beaucoup plus parlant qu’un simple cahier de textes !

Développer l’auto-discipline

Installer des habitudes de travail

L’apprenant construit sa réussite sur les repères qui jalonnent les cycles 3 (cm1, cm2, 6e) et 4 (5e, 4e, 3e). Pour consolider ce schéma directeur, il est primordial que les parents lui inculquent des réflexes organisationnels. Leur intériorisation lui permettra de gagner en indépendance et en assurance.

Ainsi, définissez un rituel en aménageant des créneaux horaires pour chaque activité après les heures de cours :

  • prendre un goûter ensoleillé !
  • revoir ses leçons à fond !
  • faire ses devoirs sans faire mille pauses pour boire !
  • Se détendre et se changer les idées !

Par la suite, vous pourrez améliorer cette feuille de route selon la progression de l’apprenant et ses difficultés scolaires, jusqu’à la fin de l’année scolaire. Afin de créer une certaine stabilité et de laisser s’installer les effets positifs de la régularité, il est préférable de marquer les changements après des congés scolaires (vacances d’automne, de fin d’année, d’hiver, de printemps, d’été).

Créer un environnement propice au travail personnel

Réviser ne s’improvise pas. Selon le profil de l’élève, certains environnements et créneaux horaires sont plus propices à l’apprentissage. On conseille généralement de concentrer les efforts et les révisions de 17 h à 20 h (regain d’activité cérébrale), dans une pièce calme et en l’absence de téléphone (notifications, appels, et autres tentations).

Une ritualisation du travail personnel est toujours plus engageante lorsqu’elle est coconstruite. Par conséquent, laissez votre enfant intervenir sur les éléments du cadre, mais veillez à ce qu’il s’astreigne tous les jours à suivre les règles établies.

Apprendre, cela s’apprend

Être sensible à SA manière d’apprendre

Pour optimiser la méthode de travail d’un collégien, connaître son mode cognitif privilégié (visuel, auditif, kinesthésique) est un précieux atout. Utilisez cette particularité pour mettre en place des exercices adaptés à son fonctionnement et encouragez les pratiques interdisciplinaires.

Toutefois, quel que soit leur profil d’apprentissage ou leur niveau scolaire, les élèves du collège ont surtout besoin de comprendre les liens logiques (Pourquoi dois-je l’apprendre ? Qu’est-ce que cela va m’apporter ? Comment ça marche ? etc…) qui régissent leur leçon. Dans le cas contraire, leur capacité de mémorisation à long terme est compromise, et l’échec scolaire guette… Certaines fois les réponses ne sont pas dans les programmes scolaires. Des rapprochement et des comparaisons avec sa propre vie peuvent être réalisés : l’utilisation des téléphones, des réseaux sociaux, le harcèlement, les jeux vidéos, les relations avec les profs, voire les adultes de manière générale, etc…

Valoriser les comportements responsables

Accompagner son adolescent ne signifie pas réfléchir à sa place. C’est aussi à travers SES échecs que le collégien peaufine SA méthode. Aussi, en cas de difficulté, exhortez-le d’abord à chercher la solution par ses propres moyens, et non à solliciter un adulte.

En plus de favoriser une auto-évaluation positive, cette démarche permet à l’enfant de comprendre la portée de ses actes. Bien sûr, elle doit toujours être empreinte de bienveillance : n’hésitez donc pas à vérifier ses conclusions pour le rassurer.

S’organiser pour le brevet et le bac

L’évaluation continue du brevet débute en classe de 4e et celle du bac en classe de Première. Chaque note compte. Pour se préparer aux épreuves de français, il est possible de participer aux Prépas.

Publié par Thameur DEBOUBA

Enseignant/formateur dans l'âme, je suis constamment à la recherche de nouveautés pour accompagner les apprenants.

Laisser un commentaire

Consent Management Platform by Real Cookie Banner
%d blogueurs aiment cette page :